vitruve ennéagramme

Processus egotique du cinq

Processus egotique du cinq

Afin de comprendre le processus égotique du cinq, je vous invite à lire préalablement, si ce n’est déjà fait, l’article dans lequel j’ai détaille la construction de l’ego .

Je vous rappelle le processus général avec le schéma suivant :

cristallisation de l 'ego

De la blessure à l'ego

Le processus égotique du CINQ commence par sa blessure.

La blessure d’ego du CINQ est l’envahissement, l’enfant s’est vu privé de la paternité de ses productions, il s’est senti trahi par une figure d’autorité. Il en a conclu que ce qu’il a fait ne lui appartient pas ou n’e correspond pas à ce qui est attendu de lui et donc qu’il n’est pas légitime. Il ne veut pas que cela se reproduise. C’est ainsi que l’ego, après avoir choisi le centre mental comme centre préféré, va se figer sur le point CINQ de l’ennéagramme. Il aura la volonté de comprendre pourquoi ce qu’il a produit n’est pas correct. Que faut-il faire pour que cela le soit.

La construction de l’ego

De cette cristallisation sur le point CINQ, naîtra sa fixation. Elle lui dira que « pour être aimé et heureux dans la vie », il faut comprendre, tout comprendre.

De cette fixation, une quête sera induite. Elle lui dictera qu’il faut avoir suffisamment de connaissances pour assouvir son envie de compréhension. Car toute réflexion passe d’abord par l’analyse des faits.

En conséquence de cette quête, son orientation sera d’apprendre en permanence et pour cela d’observer avec objectivité. Cette motivation le poussera à se mettre en retrait pour observer les faits.

Afin de suivre son orientation il décidera d’accumuler le maximum de savoir, sous tout forme que ce soit. En effet, pour être certain d’avoir les connaissances requises à sa compréhension, il vaut mieux avoir le plus possible d’information disponible pour l’analyse. Ce sera son mécanisme assertif pour mettre son orientation en action.

Le but du mécanisme assertif sera d‘éviter d’être confronté à l’inexplicable. Rien de pire pour une personne soumise à la compulsion du CINQ que de devoir fournir des explications sur un sujet non maîtrisé, du moins dont elle a la perception de ne pas le maîtriser. Ce sera  son évitement compulsif. Il lui permettra de suivre son orientation de façon automatique, inconsciente et incontrôlée.

Si tout se passe comme son ego le souhaite,  il évitera les zones de non-savoir. Alors, il renforcera sa fierté qui est de savoir et de comprendre.

Passage sous stress

Par contre si l’ego de l’individu se trouve, malgré tout, confronté à une zone inexplicable où il ne dispose pas d’explications rationnelles, il passera sous stress. Il déclenchera son mécanisme défensif d‘isolation, un éloignement émotionnel

À ce moment, l’ego se retrouve de nouveau confronté à sa blessure originelle. Quelqu’un tente d’entrer dans sa zone de réflexion pour lui rappeler que ses productions n’ont pas la valeur attendue. Il n’est pas prêt, n’a pas eu suffisamment de temps pour se préparer à être compétent sur le domaine. Il n’a pas assez de données. Cela le culpabilise et le terrorise. Il se retrouve confronté à des émotions qui l’empêchent de réfléchir, le sortant de son centre mental, le seul qu’il juge efficace. L’unique moyen à sa disposition est de se mettre à distance de ces émotions perturbatrices pour mobiliser 100 % de son mental. Il en arrive donc à s’isoler totalement de la menace, psychologiquement en coupant la communication. 

Tensions sous stress

Il sera comme absent, le regard vide comme paralysée intérieurement. Les tensions internes de stress comme des aigreurs dans l’estomac se produiront souvent lors de ces passages, des raideurs dans le cou ou des sueurs froides. Si la menace semble insupportable, la personne même pourra s’éloigner physiquement, laissant son ou ses interlocuteurs sans parfois même s’excuser.

Par exemple la personne présente un rapport technique devant une assemblée, mais un des participants soulève un point qui n’a pas été bien explicité et qui semble erroné. L’orateur risque de perdre tout ses moyens.  Car, au lieu de minimiser la remarque, de la considérer pour la traiter plus tard, ou encore de faire une pirouette avec humour, une personne sous compulsion du cinq prendra la question comme une démonstration de son incompétence. Une personne sous stratégie cinq, prise en défaut, peut même aller jusqu’au malaise vagal pour sortir de cette situation sans issue.

Passion du cinq

Quoi qu’il en soit, lorsque le stress se manifeste suite à l’apparition de la frustration  du non-évitement, il va naître une émotion négative incontrôlable, sa passion.  Pour le type CINQ, l’émotion qui poindra sera un sentiment de solitude, une impression que plus rien n’existe, une sensation d’être inexistant dans un monde inexistant, c’est l’expérience terrifiante pour le CINQ du vide existentiel.

La personne sous stratégie CINQ cherche désespérément à comprendre avec la peur permanente que rien n’ait de sens et qu’il se perde dans une quête inutile perdue d’avance. C’est cette angoisse qu’il projette vers l’extérieur en tenant d’amener le maximum de savoir à lui, afin d’obtenir enfin les réponses nécessaires.

Même avec un haut niveau d’intégration, sa peur de base subsistera. Ce sera d’être inutile, impuissant et débordé. Pour ne pas revivre sa blessure d’enfermement, il aura donc le désir obsessionnel d’être compétent et capable.

Intégration - désintégration

Voilà donc décrit le processus egotique du CINQ. Dans un prochain article je détaillerai les processus d’intégration – désintégration du CINQ

À propos Eric

Boulimique de la vie, énormément de choses m’intéressent. Mais aujourd’hui, ma passion, c’est d’étudier le fonctionnement des systèmes complexes. Et le plus abouti, le plus beau, c’est la vie ! Mon chemin de vie est de transmettre, sans retenue, toute la connaissance que j’ai accumulée, afin que chacun puisse réussir tous ses projets et vivre pleinement le bonheur d’exister.

Laisser un commentaire